Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

Antoinette Fouque, la mort d'une pionnière de l'émancipation féminine - Idées - Télérama.fr

"Le dictionnaire universel des créatrices" parait en 2013. Il met en lumière 40 siècles de création des femmes. Logiquement, Antoinette Fouque (Page web Telerama) a collaboré à quelques ouvrages collectifs et à de nombreux entretiens. Le combat de cette féministe ne cède pas aux tentations du militantisme excessif, il soutient son attachement à la maternité, qui ne peut selon la théoricienne s’opposer à la libération des femmes. Antoinette Fouque n'était pas tout à fait sur la même ligne que l'essayiste Simone de Beauvoir et ce qu'elle défend dans "Le deuxième sexe".

Son chemin de l'enseignement à la psychanalyse

C’est au début de la décennie 1970 qu’Antoinette Fouque débat au sujet de la sexualité de la femme avec la psychanalyste féministe Luce Irigaray. La jeune femme a travaillé dans l'enseignement après ses études supérieures en Lettres. Son directeur de thèse n'est autre que le critique Roland Barthes. La jeune femme obtient un DEA. A cette époque, l'étudiante fréquente Monique Wittig, romancière féministe. Antoinette Fouque lie connaissance avec Jacques Lacan à la fin des années 60.

A l'aube des années 90, lorsqu'elle rentre d'Amérique, Antoinette Fouque lance l'Alliance des femmes pour la démocratie. Des militantes font le choix d'enregistrer le Mouvement de libération des femmes avec le statut d’une association, à la fin des années 70. Le droit des femmes a été la principale lutte de la vie d'Antoinette Fouque. Dans le but d'éviter tout détournement par les partis, la marque MLF a été déposée à l'Institut national de la propriété intellectuelle.

La jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque conservera jusqu'à sa mort un solide ancrage à gauche de ses années passées dans un contexte ouvrier. Elle ressent les soucis qu’une femme rencontre quand elle doit assumer ses mission de maman et d’épouse alors qu'elle travaille lorsqu'elle donne naissance à sa fille en 1964. C'est à Marseille qu'elle passe une enfance sereine. Antoinette Fouque étudie dans un premier temps dans sa région d'origine avant de s'installer dans la capitale. La Marseillaise épouse René Fouque quand elle est toujours à l'université.

Antoinette Fouque s’engage par exemple pour Aung San Suu Kyi face à la dictature au Myanmar. Pour la militante, la femme du soldat inconnu est plus inconnue que lui. Elle le clame lors d'une manifestation du MLF sous l'Arc de Triomphe. Antoinette Fouque est invitée à des rencontres à l'ONU mais aussi sur toute la planète pour prendre la défense de la cause des femmes.

Une maison d'édition pour la littérature féminine

Les lecteurs ont découvert de multiples auteures grâce à la maison d’édition d’Antoinette Fouque, qui totalise des centaines de livres voués à la création féminine. La militante se rend compte à quel point les femmes ne tiennent que peu de place dans le monde de l’édition en coudoyant les milieux intellectuels. Lieux de rencontres où les revues et journaux sont à la disposition des visiteurs, les librairies inaugurées par Antoinette Fouque restent ouvertes jusqu'à minuit.

Autres articles